Tour de garde décembre 2015

Dans la dernière Tour de Garde parue (celle du 15 décembre 2015), à la page 5 et au paragraphe 4, voici ce que l'on trouve. Décidément, les salopards du Collège Central, ne peuvent cacher qu'outre le fait d'être des sodomites, des pédophiles, et des escrocs, en fait, ils ne sont que des Juifs, qui pensent 'juif', et qui colportent toutes les fables juives. Vous me direz: 'ça fait un tout !'. En effet... Alors voici la réaffirmation d'une doctrine que je croyais disparue depuis fort longtemps, tellement elle est stupide !



En fait, cette histoire judaïsant et talmudique est clairement remonté à la surface, aux Assemblées de
Districts de l'été 2014. Dans un des sujets présentés à cette occasion, la Watchtower a ressorti le coup du: "L'hébreu était la langue officielle du Paradis. Il n'y aura pas de restauration du Paradis sur la Terre, sans que tout ce qui y soit, n'ait appris l'hébreu".

 Plusieurs problèmes se posent à ce niveau.

Si un Paradis "restauré" (phrase qui n'existe nulle part dans la Bible, mais seulement dans certains écrits de Sorciers juifs, et dans la Tour de Garde, bien entendu), cela signifie aussi que les Juifs circoncis ou tout autre circoncis d'ailleurs, n'y entreront pas demain, puisque la circoncision n'existait pas dans le Jardin d'Éden. Donc: une incohérence de plus !

Et ce sera facile à vérifier, puisque le Jardin d'Éden se caractérise comme un Paradis pour impudiques et exhibitionnistes, et que donc, tout vêtement sera interdit dans le Paradis à quoi rêvent les vieux salaces du Collège Central !

Ensuite, la "langue hébraïque", ça n'existe pas. Et ça n'a jamais existé.

Toutes les archives archéologiques de l'Humanité sont exemptes de quelqu' "hébreu" que ce soit.



 Un ex-TJ juif, s'exprime ici, sur jehovahs-witness.net .

Il connaît parfaitement le système juif "de l'intérieur".
Et à propos de la nouvelle Tour de Garde,
sur le prétendu "hébreu",
que comprend-il lui, juif, quand il voit le mot "hébreu" ?
Tout simplement le... yiddish !
C'est-à-dire le dialecte germanique archaïque,
que les Juifs ont travesti avec des caractères d'écriture araméens,
et qu'ils appellent aujourd'hui "l'hébreu" .
C'était le meilleur témoignage que nous puissions avoir,
sur la véracité de tout ce que nous avons dit en la matière.



Parallèlement, l'enjuivage des Jworgueurs
se poursuit à grande vitesse !
Les déguisements, devenus obligatoires,
dans le cadre du prétendu "culte familial",
consistent tout simplement à pratiquer tout ce qui plaît aux Juifs,
et qui est inclus dans les traditions juives et talmudiques .
Car ici, derrière ce que certains pourraient identifier à tort,
comme étant des "reconstitutions historiques",
c'est quelque chose de très différent qui se cache !

C'est la célébration de la fête juive
(sans aucune existence parmi les fêtes "de la Loi"), de: "Pourim" .
Cette célébration célèbre le "droit" que les Juifs se sont accordé à eux-mêmes,
de tuer quiconque n'est pas juif,
sans aucun motif,
et sous le simple prétexte du "soupçon" que cette personne
"pourrait ne pas aimer les Juifs".
Les Juifs la pratiquent chaque année. 


Lors de la célébration de "Pourim"
(ici, à Jérusalem),
toutes les fillettes sont habillées en "Reines",
chez les Juifs, pour honorer l'intrigante,
prostituée et menteuse: Esther,
et se réjouir du massacre de non-Juifs,
qu'elle réussit à réaliser en Perse,
tout en faisant passer les Juifs, comme d'habitude, pour des victimes .
La fête de Pourim est un des moyens de manipulation mentale,
que les Juifs ont mis en œuvre, parmi eux, de génération en génération,
afin de disposer sans cesse d'un capital de misanthropie toujours pléthorique .

Bien entendu, la Watchtower cultive cela, et de plus en plus. Elle s'apprête, en effet, à utiliser ses membres, dans des crimes qui ne seront plus seulement intellectuels, mais littéraux.

C'est donc une seule démarche, celle qui glorifie le prétendu "hébreu", et qui glorifie l'identification des enfants TJs, à des Juifs, ou à tout ce que les Juifs ont annexé, dans la Bible. Et le tout s'assortit fort bien avec la haine de la Chrétienté distillée à forte dose, chaque jour, dans toutes les publications et toutes les Congrégations.

Commentaires

  1. bonjour à tous,

    OK pour le Yiddish mis au point au XIXeme siècle pour devenir "l'Hébreu".

    Il est toutefois étrange de voir comment le philosophe Tresmontant dans "le christ hébreu" tente de démontrer comment l'hébreu existait en montrant que beaucoup d'expressions grecques ne sont que des copier-coller du prétendu hébreu.

    http://www.alleluia-france.com/files/La-datation-des-Evangiles-et-la-langue-du-Nouveau-Testament.pdf

    Qu'en pensez-vous? merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, les Juifs ont toujours cherché à se faire passer pour les descendants des Israélites dont parle la Bible. Dans le livre de l'Exode, les Israélites sont
      surnommés les "Hébreux" (voir Exode 1: 7-11, où les Israélites sont bien appelés "Israélites",
      tandis que dans Exode 1: 15-19, on voit apparaître le surnom "Hébreux").

      Placés devant cette étrangeté, les Juifs ont alors inventé la réponse suivante: "Dans Genèse 10: 21-32, on désigne parmi les descendants de 'Sem', un Patriarche du nom d'Éber, et voilà: les
      Israélites sont les Hébreux, fils d'Éber".
      Par conséquent, ils ont, par référence à Éber, décrété que la langue des descendants d'Éber, c'est l'Hébreu.

      Or, historiquement, on sait très bien que la langue parlée par tout le Proche-Orient, jusque et y
      compris l'apparition de l'Islam, au 6ème siècle de notre ère, c'est l'Araméen. Que Jésus et les
      Apôtres parlaient en araméen, et que les Évangiles ont été rédigés en araméen, avant que de l'être en grec, et c'est ça d'ailleurs, le coeur de la thèse de Tresmontant.
      Seulement, d'où vient l'araméen ? Dans la Bible, c'est très clair: c'est la langue d'Aram, et de ses descendants.

      Nous lisons dans la Genèse: "Fils de Sem: Élam, Assour, Arpaxad, Loud et Aram. Fils d'Aram:
      Ous, Houl, Guéter et Mach. Arpadax fut le père de Chéla; Chéla fut le père d'Éber" (Genèse
      10: 22-24 - BFC).

      La langue du Proche-Orient et du Moyen-Orient, c'était celle de l'ancêtre mythologique Aram. Et
      aujourd'hui encore, les rites chrétiens les plus anciens qui ont subsisté en Orient, ont toute leur liturgie en araméen.

      Alors pourquoi les Israélites seraient-ils surnommés des "Hébreux", en Égypte ?
      Bien sûr, l'explication, si on la cherche chez les Juifs, a toutes chances d'être totalement
      "bidonnée".
      Nous connaissons les archives égyptiennes, et celles-ci parlent avec beaucoup de détails des
      populations de Habirous.

      Ces gens circulaient sur tout ce que l'on appelle le "Croissant Fertile", qui rejoint la
      Méditerranée au Nord de la Syrie, et redescend vers le golfe Persique.
      Ils sont mentionnés jusqu'à l'intérieur de l'Iran, et cette répartition géographique, pendant les
      siècles où les Israélites sont, eux, selon la Bible, absolument tous confinés en Égypte, exclut
      totalement qu'il y ait la moindre parenté entre les Habirous, et les Israélites !

      Ils ne pouvaient pas être à la fois tous en Égypte, et répartis de l'Égypte, jusqu'à l'Iran, dans les mêmes siècles !

      Ils sont décrits selon leur nom d'Habirous, dans les archives de Sumer, de toute la Mésopotamie,
      de l'Égypte et des provinces iraniennes, par un nom qui les désigne comme "les Poussiéreux". Et
      en langue grecque - car les Grecs les connaissaient aussi-, leur nom signifie "les Nauséabonds".
      Car c'étaient des gens qui, habitués à vivre en marge de l'Humanité,, dans les déserts, avaient à peu près définitivement renoncé à se laver, et à laver leurs vêtements.

      Supprimer
    2. 2)
      Le Croissant Fertile était devenu une civilisation urbaine, et les Habirous, c'étaient des pouilleux, vivant de petits trafics, d'un peu de chasse d'animaux considérés comme impurs par les autres, et de coups de mains pour aller voler un peu de bétail ici ou là, ou pour percer les silos à grain.

      Tous les pays concernés avaient à l'époque des milices "anti-Habirous", qui faisaient des
      patrouilles pour empêcher ces derniers d'approcher des cités et des lieux d'agriculture.

      Et lorsqu'on voit Abraham nomadiser entre le golfe Persique et le pays de Canaan, il circule avec des esclaves fortement armés, précisément pour se protéger des Habirous. Abraham et sa
      descendance ne se considéraient pas, eux, comme des Habirous ! Mais, qu'ils aient été
      surnommés "Habirous", par les Égyptiens, lorsque, descendus, affamés, dans la vieillesse de
      Jacob, du pays de Canaan, vers l'Égypte, couverts de poussière et décharnés, ça, ça n'a rien
      d'étonnant ! D'ailleurs, il est bien dit, dès cette époque-là, que les Égyptiens ne consentaient pas à manger à la même table que ces gens-là.
      Ce que nous disons ici, est tout à fait confirmé par l'article de Wikipédia sur les Habirous.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Apirou

      En fait, pris dans cette confusion, les Juifs se sont ensuite appelés "Hébreux" (on retrouve
      l'expression dans les Lettres chrétiennes, comme la "Lettre aux Hébreux"), et les Juifs n'ont
      surtout pas cherché à sortir de cette confusion, car il leur aurait aussi fallu éclaircir la
      confusion entre "Israélites", et "Juifs"... Impensable !

      Supprimer
    3. 3)

      Lorsque Tresmontant fait son exposé, qui est un exposé sérieux, son propos ne consiste pas à
      ramener la vérité sur le fait que le prétendu "hébreu" au temps de Jésus, c'est "l'araméen", seulement l'araméen, et rien que de l'araméen.
      Mais ce qu'il veut montrer, c'est que les Évangiles que nous avons en mains, et qui présentent plusieurs générations d'écart, avec les faits dont ils parlent, découlent eux-mêmes, dans leur version grecque que nous connaissons, de manuscrits antérieurs qui ont été perdus, et qui, eux, n'étaient pas en grec. Il emploie alors le mot "hébreu", parce que tout le monde fait la confusion juive entre hébreu et araméen.
      Mais il parle en fait, effectivement, de l'araméen ! L'hébreu est une construction extrêmement tardive, et il n'y a pas d'hébreu à l'époque du développement du Christianisme.
      Tresmontant a fait la moitié de sa démonstration. Il aurait bien fait de préciser que, derrière le mot "hébreu", en réalité, il n'y avait que la seule réalité que l'on connaisse pour cette époque-là:
      l'usage de l'araméen en Palestine, langue très majoritaire par rapport au grec et au latin, qui étaient aussi utilisés en même temps.
      Mais il n'y avait aucune autre langue parlée en Palestine, à cette époque-là, que ces trois-là.

      Supprimer
    4. merci anonyme pour les détails. ce tresmontant n'était-il pas pro-juif ? je ne sent pas ce gars là. merci encore

      Supprimer
    5. Les travaux de tresmontant portent sur la philosophie des sciences et sur l'histoire de la pensée chrétienne depuis ses origines hébraïques. Il défend l'idée d'une philosophie et d'une métaphysique chrétiennes. Il a également obtenu en 62 le grand prix catholique de littérature. Personnellement je ne trouve pas qu'il était pro-juif, mais je ne connais pas entièrement ses travaux.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Du grand art

Et bientôt sera la fin de la watchtower

Russie TJ