Transfusion sang TJ

La famille d'une Témoin de Jéhovah décédée après avoir refusé une transfusion sanguine poursuivait en justice les médecins qui lui avaient proposé une autre solution pour lui sauver la vie.


Source: http://www.pennlive.com/news/2017/07/court_nixes_lawsuit_by_family.html

Non seulement ils demandent aux chirurgiens de faire des miracles, mais ils portent plainte contre eux quand ça ne marche pas.

L'affaire, exposée par la juge de la Cour supérieure Jacqueline Shogan, montre une analyse conjointe de la religion, de la médecine, et de la loi.

L'accent est mis sur ce qui s'est passé avant que Terri Seels-Davila, une missionnaire Témoin de Jéhovah, soit décédée après son accouchement à Hospital of University Hahnemann de Philadelphie en novembre 2010.

Seels-Davila, qui avait servi comme missionnaire avec son mari au Nicaragua, a choisi l’hôpital Hahnemann en raison de son programme de soins sans sang pour les patients qui n'acceptent pas de transfusions sanguines, comme les Témoins de Jéhovah, a déclaré Shogan. Le plan de traitement concernant Seels-Davila consistait à recycler son propre sang.

Pourtant, cela s'est révélé inapproprié lorsque des complications lors de son accouchement sont sont survenues, nécessitant une césarienne. Une hémorragie interne s'est alors produite . Bien que les médecins aient prévenu Seels-Davila que son état était grave, son mari et d'autres membres de la famille ont refusé d'accepter une transfusion.


Dans les documents de la Cour, se trouvent le témoignage d'un médecin qui a déclaré que Seels-Davila lui a dit: Qu'elle était ministre dans sa religion et
qu'elle acceptait ce qui pouvait se passer. Seels -Davila est morte quatre jours plus tard.

La famille de Seels-Davila a poursuivi l'hôpital en 2012 pour faute médicale.
Pendant un procès au civil qui dura trois ans, un jury du comté de Philadelphie
avait statué en faveur de l'hôpital et des médecins qui l' avaient traitée.

La famille qui avait alors tenté de relancer l'affaire en faisant appel devant le tribunal vient d'être retoquée. La famille de Seels-Davila prétendait, entre autres, que le juge du comté avait injustement empêché un expert de témoigner contre le programme de soin sans sang, et qu'il ne leur avait pas permis de
déposer plainte pour négligence professionnelle.

Shogan a reconnu que le témoin expert n'était pas qualifié pour témoigner dans l'affaire. L'incapacité de la famille à fournir un témoin compétent a également sapé sa plainte pour négligence professionnelle.

Le juge de l'État a également constaté que le juge du comté avait justement permis au jury de voir les documents signés par Seels-Davila dans lesquels elle refusait explicitement les transfusions sanguines.

Ces documents signés n'ont pas été simplement admis pour montrer que Seels-Davila connaissait les risques du traitement, mais qu'elle en avait accepté les conséquences. Les documents ont été admis pour prouver que Seels-Davila a sciemment refusé des traitements qui lui auraient sauvé la vie.




Commentaires

Articles les plus consultés

Du grand art

Et bientôt sera la fin de la watchtower

Russie TJ